Découverte de la nature

Faune et Flore

La commune de Manses est soumise à l’influence conjointe du climat océanique et du climat méditerranéen. Le premier lui donne ses printemps pluvieux, le second lui procure ses étés et ses automnes secs. On remarque une végétation de transition où les influences médio-européennes, subméditerranéennes et subatlantiques coexistent et s’expriment différemment selon les conditions topographiques et édaphiques.
De ce fait, on trouve sur la commune à la fois des plantes demandant une bonne pluviosité et d’autres beaucoup plus résistantes à la sécheresse de type méditerranéen.
Au niveau phytogéographique, nous sommes dans l’étage de végétation collinéen avec les séries du hêtre, du chêne sessile, du chêne pubescent dans les endroits un peu plus secs et dans les situations les plus méditerranéennes, la série du Chêne vert.

Deux grandes unités écologiques constituent le secteur :

  • .

Cette structuration est potentiellement source d’une importante diversité biologique globale.
Parmi les principales plantes ou arbustes de type méditerranéen, on trouve le thym, le romarin, la lavande, le lavandin, le fenouil, le genévrier, la mancienne, le genêt d’Espagne et le genêt scorpion, le prunellier, certains cistes et surtout une vingtaine d’espèces différentes d’orchidées.
Parmi les espèces végétales supérieures, on trouve en priorité le chêne pubescent, le chêne rouvre et quelques chênes-verts méditerranéens. D’autres espèces plus rares sont tout de même présentes comme le châtaignier, l’acacia, le tilleul, le frêne, le hêtre, le merisier et le peuplier.
Ces bois sont exploités en bois de chauffage principalement (à l’exception notoire des forêts anciennement mises en valeur de La Belene et du Nouvion) et servent parfois de parcours et d’abris pour les troupeaux de bovins, d’ovins ou de chevaux. Ils renferment une faune très riche et très variée.

Pour la faune locale, citons les plus importants : le sanglier (en expansion et qui occasionne beaucoup de dégâts), le chevreuil, le cerf, le blaireau, la fouine, la martre, la genette, l’écureuil, le renard (nombreux), le lièvre et le lapin de garenne.
L’avifaune est particulièrement riche et diversifiée et comprend de nombreuses espèces plutôt en expansion constante : le milan noir, le grand corbeau et la corneille, la fauvette à tête noire, la mésange à longue queue, le rouge gorge, le merle noir, le bruant zizi,  le pouillot de Bonelli, le Pipit des arbres, le pic vert, le pic noir, le faisan, la perdrix rouge, la caille des blés, la grive draine, le pigeon ramier, le martin pêcheur, le héron cendré, et des rapaces comme la buse variable, les faucons, les busards, la bondrée apivore, le milan royal, le circaète jean le blanc, etc.
Il faut remarquer l’arrivée des magnifiques guêpiers d’Europe et d’espèces attirées par les gravières (cormorans, poules d’eau, canards, oies, aigrette, gazette, héron cendré, héron pourpré, bécasseaux, grèbes, chevaliers, courlis,  etc. ).

La commune est classée en ZNIEFF de type 1 et de type 2 : Zone Naturelle d’Intérêt Faunistique et Floristique qui a pour mission « de mettre en avant la richesse biologique du site concernant des espèces à enjeux définis…, inventaire pour porter à la connaissance de l’Etat, des collectivités, du public..la sensibilité du site »
De plus le lit majeur de l’Hers (la plaine de Berbiac peu ou prou) est classée en zone Natura 2000 afin de préserver la biodiversité : il a fait l’objet d’un recensement des espèces rares ou menacées, et de diverses mesures incitatives ou réglementaires.


La forêt de Bélène

La commune de Manses compte 833 ha forêts sur une superficie totale de 1.536 ha. Le paysage naturel de la commune est donc fortement boisé et présente une complémentarité entre la zone de la vallée (agricole) et celle des coteaux (forestière et pastorale). Ces coteaux, occupés autrefois par des prairies destinées au pacage des animaux, ont été délaissés et se sont reboisés. Des taillis et des landes embroussaillés témoignent de cette évolution, et offre un refuge de choix à la faune sauvage (sangliers, chevreuils, cerfs.. .). Les versants nord sont boisés (chênes, châtaigniers). Les versants sud -autrefois voués à la culture de la vigne aujourd’hui disparue-   sont occupés maintenant par des landes ou des maigres forets à chênes pubescents.
En revanche, le Nord de la commune est essentiellement occupé par une magnifique et très ancienne forêt : la forêt de la Bélène. Son nom paraît être une référence à Belenus, divinité gauloise, au culte répandu, et qui devint Belenus-Apollon sous la domination romaine.
La commune est remarquable par l’étendue et la qualité de ses forêts, issues pour la plupart des forêts appartenant autrefois aux seigneurs de Manses ensuite aux Marquis de Portes ce qui explique leur taille, leur structure foncière (parcelles immenses) et l’ancienneté de leur mise en valeur sylvicole. On retrouve la trace et la mention des bois de la Bélène. dans les plus anciens textes de la commune ; l’histoire de ce bois est liée à celle de la région : présence de maîtres verriers, présence de maquis de guérilleros et de francs tireurs pendant la deuxième guerre mondiale.
La plupart des forêts appartiennent aujourd’hui à des sociétés privées, la commune de Manses pour sa part possède seulement 50 ha de forêts et les particuliers, agriculteurs ou non, possèdent également quelques bois, mais généralement des petites parcelles morcelées et de moindre valeur, laissées plus ou moins à l’abandon.
La commune compte six sociétés privées forestières dont deux très importantes : le Groupement forestier de la Bélène.  pour 168 ha sur Manses (sur un total de 670 ha avec les communes voisines) et le groupement forestier de Nouvion pour 109 ha (sur un total de 160 ha avec la commune voisine). Le groupement forestier de la Bélène est une filiale du Crédit Lyonnais et est géré par la Caisse des Dépôts et Consignations. Quatre sociétés de moindre importance se partagent la majorité des autres forêts.
Toutes ces forêts sont soumises à des plans de gestion et beaucoup ont bénéficié d’aides de l’Etat pour des boisements ou des travaux forestiers.
Elles sont traitées depuis longtemps en  futaies feuillues. Après de fortes exploitations de bois dans les années 50, il y eut d’importants reboisements en résineux et principalement en Douglas dans les années 60 ; beaucoup d’habitants du village y travaillèrent. Depuis les reboisements ont été plus équilibrés avec des feuillus comme le chêne rouge.
Actuellement les peuplements de ces deux forêts sont composés de 55 % de feuillus en futaie et taillis (chêne rouvre pour 80%, hêtre, et un peu de merisier), 41 % de résineux (par ordre d’importance : douglas, épicéa, sapin, pin noir, pin laricio, pin sylvestre, mélèze du japon, etc.  et 4 % non boisés.
La plupart de ces forêts sont bien desservies en infrastructure routière avec des routes forestières privées empierrées, et des pistes de débardage en grand nombre. …
Contrairement à la majorité des forêts de notre canton et des coteaux pré pyrénéens, la forêt de Manses fait figure de modèle pour la qualité de ses peuplements forestiers et leur gestion exemplaire, réalisée longtemps par Gérard De Vangel adjoint au maire de Manses.